Témoignage | Christine Hodgson

Christine H.

J’étais préparée au pire. 

Frein de langue à couper, mamelons en sang, mauvaise production de lait, engorgement… J’avais lu et relu les conseils à suivre pour affronter ces embûches à l’allaitement. Finalement, rien. Alice a tété comme une championne dès sa naissance.

Par contre, il y a une chose à laquelle je ne m’étais pas préparée mentalement avant d’allaiter : le fait qu’exposer mes seins devant des inconnus me rendrait mal à l’aise. J’avais un blocage. En fait, je me sentais vulnérable; littéralement mise à nue devant des gens qui m’observaient nourrir mon enfant et être une mère au sens le plus fondamental du terme. L’allaitement est effectivement le premier acte qu’on fait en public avec notre enfant et qui nous soumet au jugement d’autrui. Et, en tant que mère, j’ai souvent l’impression que cette exposition au jugement des autres sur notre façon d’être avec notre enfant est un sentiment qui est là pour rester. Vaut donc mieux l’ignorer et vite, question de ne pas développer de paranoïa et d’hypervigilance!

L’allaitement a donc été pour moi la première et la meilleure façon de passer par dessus cette barrière qui me semblait insurmontable à priori. Nonobstant du regard des autres, l’allaitement a contribué à me rendre 100% à l’aise et fière dans mon rôle de mère.

Christine H.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *