Témoignage | Isabelle M.

IMG_3167

Mon expérience d’allaitement de mes deux garçons

La naissance de mon premier garçon devait avoir lieu à mon domicile mais la vie en a voulu autrement. Il est né par césarienne au Centre hospitalier régional de Rimouski. Nous avons été séparés les quatre premières heures de sa vie (pendant que j’étais en salle de réveil). Bien que j’aie vécu cela assez difficilement, cela n’a pas affecté ma production de lait. En général, je dirais que mon allaitement s’est bien passé. Il a duré pendant deux ans. Quelques petites gerçures au début mais rien de bien décourageant. L’allaitement était pour moi quelque chose qui allait de soi, un geste naturel. Par contre, je n’ai jamais eu beaucoup de plaisir à allaiter à proprement parler. Certaines femmes me semblaient vivre une expérience toute autre…

Mon deuxième garçon est aussi né par césarienne au Centre hospitalier régional de Rimouski. Par contre, cette fois-là, nous n’avons jamais été séparés… Quelle différence pour mon cœur de maman! Il a tété directement dans la salle d’opération et est resté sur ma poitrine jusqu’à ce que j’arrive dans ma chambre. Il a fait de l’hypoglycémie et malheureusement ma montée de lait tardait à venir. Heureusement, j’avais prévu le coup et j’avais le lait congelé d’une amie qui m’en avait fait don! Il a malgré tout dû être alimenté 24h par un soluté (nous avons refusé qu’il reçoive de la préparation lactée commerciale). J’ai poursuivi l’allaitement malgré le soluté et nous sommes rentrés à la maison quelques jours après sa naissance. Il a présentement 22 mois et je l’allaite toujours. Malgré un épisode de mastite, cette expérience d’allaitement me comble beaucoup plus que la première. Il est vrai que les premiers mois sont toujours exigeants, la fréquence des boires y étant sûrement pour quelque chose. Maintenant, avec mon bambin, chaque moment d’allaitement est précieux. D’abord, il me demande «du lait», puis, il se met à rire en attendant que je me découvre pour lui donner accès à mon sein. Il se réjouit et mon cœur de maman fond.

Quand tout cela se terminera, il me restera de ces doux moments intimes une emprunte précieuse dans mon cœur de maman : son rire sincère et ses doux yeux bleus remplis de joie.

Isabelle M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *