Témoignage | Michelle Perrault

photo Michelle Perrault

Allaitement prolongé et allaitement pendant la grossesse

Lorsque je suis devenue mère, allaiter m’est apparu comme une évidence, comme une continuité toute naturelle, ayant moi-même été allaitée enfant. Heureusement, malgré le fait que mon premier enfant soit né à 36 semaines de grossesse, l’allaitement fut facile autant pour lui que pour moi. Dès le premier contact avec mon sein, il a voulu téter et a su y arriver avec efficacité, ce qui fût pour moi un baume, puisque sa naissance prématurée m’avait déstabilisée et les conséquences de celle-ci généraient de l’inquiétude chez moi.

J’ai allaité mon fils jusqu’à ce que je sois enceinte une seconde fois. J’ai toujours allaité mon fils à n’importe quel moment où il en ressentait le besoin, et ce, malgré le fait que j’aie recommencé à travailler à temps plein. Lorsque j’étais enceinte de 34 semaines, j’ai dû arrêter d’allaiter, puisqu’alors dès qu’il tétait, de fortes contractions se déclenchaient. Par peur d’accoucher prématurément une seconde fois, j’ai donc cessé l’allaitement en douceur. Toutefois, ce ne fut pas pour très longtemps, car j’ai repris cinq semaines plus tard lors de la naissance de ma fille. Elle a 2 ans et demi maintenant, et je l’allaite encore à la demande! Tout se passe merveilleusement bien, je travaille malgré tout à temps plein, et encore une fois, ma fille et mon corps s’adaptent à cette réalité sans difficulté.

Cependant, pour être honnête, après plus de 5 ans d’allaitement maintenant, j’avoue que je ressens un certain essoufflement, et que je me surprends parfois à avoir hâte de retrouver le plein contrôle de mon corps! Je ne sais pas encore de quelle manière la fin de l’allaitement se passera avec ma fille, mais puisque tout s’est toujours bien déroulé jusqu’à maintenant, j’ai la conviction que tout ira pour le mieux!

À toutes les femmes qui liront ce texte, je vous souhaite le meilleur des allaitements! Un allaitement qui correspondra à vos besoins et à ceux de votre enfant, sans pression ni attentes particulières, juste le plaisir de vivre intensément les premiers moments de vie si précieux avec son enfant, peu importe ce qui vous convient le mieux.

Michelle P.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *